Pollution pétrolière: Dramatiques Conséquences sur les Droits Humains de la Population, Arretons au Nord Kivu!

Le pétrole déversé depuis 50 ans dans le sud du Nigeria pourrait exiger la plus vaste opération de nettoyage jamais entreprise dans le monde. Cette affirmation du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) est le fruit d’une étude scientifique sur les dégâts environnementaux dans le delta du Niger, dont les résultats ont été présentés jeudi au président nigérian, Goodluck Jonathan.

Le PNUE a mené pendant deux ans une « évaluation sans précédent » de l’étendue et de l’impact de la pollution dans l’Ogoniland, la région pétrolifère du Nigeria. Au coeur du delta du fleuve Niger, cette zone de plusieurs milliers de kilomètres carrés est composée d’un labyrinthe de rivières, de mangroves et de marais. Elle renferme d’immenses réserves de pétrole brut exploitées par des compagnies occidentales qui sont accusées par des groupes d’activistes locaux de polluer leurs territoires.

Une pollution incomparable

Avant de rédiger leur étude, les experts onusiens ont examiné « plus de 200 sites, 122 kilomètres d’oléoducs, revu plus de 5000 dossiers médicaux et rencontré plus de 23 000 personnes lors de réunions avec des communautés locales », souligne le PNUE. Leur conclusion témoigne de l’ampleur de la pollution qu’ils ont constatée.

Les scientifiques affirment que « la restauration environnementale de l’Ogoniland pourrait bien être l’exercice de nettoyage de pétrole le plus vaste et le plus long jamais réalisé si l’on veut ramener à un état entièrement sain l’eau potable, les sols, les criques et les écosystèmes importants tels que les mangroves, qui sont contaminés. »

« Nous espérons que le gouvernement sera amené à véritablement traiter le problème et à faire en sorte que les compagnies pétrolières ne se contentent pas de simples opérations de relations publiques. » — Audrey Gaughran, d’Amnistie internationale
.

Shell et d’autres pétrolières montrées du doigt

La question de la responsabilité de la pollution est épineuse, et reste entière. L’étude du PNUE se contente de constater les dégâts, sans en identifier clairement l’origine. Les activistes écologistes de l’Ogoniland sont, eux, convaincus du rôle joué par les compagnies pétrolières, qu’ils accusent de négligence.

Ils pointent le doigt notamment en direction du géant anglo-néerlandais Shell, premier groupe étranger venu s’implanter au Nigeria et historiquement le plus important au pays. Des communautés locales et des associations de défense des droits de la personne accusent la pétrolière de ne pas nettoyer complètement ses sites de forage, ce qu’elle conteste.

La compagnie fait en effet valoir que la pollution résulte le plus souvent d’actes de sabotage de ses installations pétrolières et de vols de pétrole commis par des bandes armées.

Les Bodos indemnisés par Shell

Malgré ses dénégations, Shell a néanmoins reconnu mercredi sa responsabilité dans deux importantes marées noires au Nigeria, acceptant de dédommager une communauté de pêcheurs nigérians. La première fuite s’était produite en octobre 2008. La seconde avait eu lieu en décembre de la même année, mais n’avait pas été colmatée avant février 2009, provoquant d’importants dégâts.

Victime de la pollution, la communauté Bodo, installée dans la région d’Ogoniland, a lancé une procédure judiciaire au Royaume-Uni contre le géant pétrolier. « Le peuple Bodo, qui compte environ 90 000 personnes, est une communauté de pêcheurs. Ce qui était leur source de revenus – l’eau – ne peut plus nourrir le plus petit poisson », a indiqué Martyn Day, l’avocat anglais des pêcheurs Bodo.

Il considère qu’il s’agit de « l’une des marées noires les plus dévastatrices que le monde n’ait jamais connues et on n’en a presque pas parlé jusqu’à ce nous recevions des instructions pour poursuivre Shell ».

De son côté, Shell a annoncé qu’elle allait payer « des dédommagements en accord avec la loi nigériane », a déclaré un porte-parole des opérations nigérianes pour Shell, précisant cependant que la procédure pourrait prendre plusieurs mois.

Source: Radio Canada

Nigeria : la Communauté de Bodo, des vies détruites par la pollution pétrolière

Nigeria delta niger petrole pollution shell pecheur amnesty international

Le pasteur Christian Lekoya Kpandei montre à Amnesty International les dégâts causés par la fuite de pétrole à sa ferme piscicol

[28/12/2012]

Depuis 2008, les vies de 69000 habitants de Bodo ont été détruites par des fuites de pétrole équivalentes à la marée noire de l’Exxon Valdez en Alaska en 1989. En août puis en novembre 2008, deux fuites consécutives dans les oléoducs de l’entreprise Shell ont provoqué le déversement de milliers de barils de pétrole brut et contaminé les sols et les cours d’eau de la ville de Bodo située dans le delta du Niger. Le pétrole s’est écoulé des semaines durant avant que les fuites ne soient colmatées.

Les conséquences sur les droits humains de la population sont multiples et dramatiques.

Économiques d’abord : les habitants de Bodo vivent de la pêche et de l’agriculture. Aujourd’hui, la faune aquatique a été détruite pour l’essentiel, les rares poissons subsistants ont le goût et l’odeur du pétrole. Les pêcheurs équipés de bateaux doivent accomplir des trajets de huit heures pour trouver des zones de pêche convenables.

Par ailleurs, les terres agricoles polluées ne sont plus cultivables ou produisent des rendements dérisoires et contaminés. En mai 2011, un pêcheur racontait à Amnesty International : “depuis 2008, la vie est devenue très difficile à Bodo. Tous les poissons sont morts. Nos rames étaient couvertes de pétrole. Nos barques et nos filets ont été détruits. La vie était bien plus facile avant. Aujourd’hui la pauvreté est partout.

Sanitaires ensuite : la pollution des cours d’eau et des nappes phréatiques, la contamination des denrées agricoles cultivées font craindre de graves conséquences sur la santé de la population. Pourtant, aucun suivi sanitaire n’a été effectué.

Déni de responsabilité et inaction de Shell

Shell a toujours refusé de reconnaître et assumer sa responsabilité. L’entreprise affirme que la plupart des fuites sont dues à des sabotages. En août 2012, Amnesty International et le CEHRD, un partenaire local, ont pointé dans un rapport une nouvelle fuite majeure à Bodo datant de juin 2012, et mis en évidence la vétusté et le défaut d’entretien des oléoducs. En outre, il est, selon la loi, de la responsabilité de Shell de dépolluer les zones affectées quelle qu’en soit la cause. Il a fallu que des plaintes soient déposées contre Shell au Royaume-Uni pour que l’entreprise commence à reconnaître, très partiellement, sa responsabilité. Mais, en octobre 2012, plus de quatre ans après les faits, quasiment rien n’a été fait en matière de dépollution et d’indemnisation des populations. La législation nigériane permet théoriquement au gouvernement fédéral nigérian de contraindre les compagnies pétrolières à se conformer aux réglementations en vigueur – y compris par l’imposition de pénalités – par le biais de ses agences de régulation. Mais ces sanctions, quand elles sont appliquées, sont généralement trop faibles pour être dissuasives. Les carences de fonctionnement des organismes de contrôle donnent toute liberté à Shell et aux autres compagnies pétrolières opérant dans le delta du Niger de s’abstenir de tout cadre réglementaire : elles laissent surtout la population de Bodo sans recours ni perspective d’avenir.

EN SAVOIR PLUS – LIRE :