DRC Environmental Civil Society Asks Kabila to Cancel Oil Contract with SOCO

DRC civil society calls Joseph Kabila to cancel the production sharing agreement signed with the company SOCO International PLC in Virunga national Park. This was the result of a day of discussions around the oil exploration activities of the British Company SOCO and its impact on the future of Virunga National Park, as well as surrounding communities.

The meeting was organized by the Natural Resources Network (RRN), Joseph Bobia, national coördinator of the RRN in Kinshasa, led the discussions on Wednesday, February 26, 2014.

Civil society asked the DRC Parliament to open an investigation into the granting conditions of all oil exploration and exploitation permits in protected area, particularly in Virunga national Park. They also urged the Parliament to question the Ministers of Hydrocarbons and of Environment about the nature of the authorizations granted, which are in violation of national and international laws. They recall the importance of considering civil society amendments in the Hydrocarbon law draft, the need to take into account the protection of the environment, the status of protected areas and UNESCO World Heritage Sites and the rights and interests of local communities and indigenous people.

The responsibility of DRC government was not forgotten. Civil society recommend its government  to immediately stop all exploration activities in protected areas, to withdraw all permits and authorizations issued to oil companies in protected areas, and to comply with national law and all international commitments made by the DRC on the preservation and protection of the environment.

Finally, the Prosecutor General of the Republic and the Prosecutor of the Court of Appeals of North Kivu were urged to open legal proceedings against the perpetrators of intimidation and threats against civil society actors involved in the protection of Virunga National Park.

Revision of the article published by Jean-Rene_Bompolonga, based in Kinshasa and Reporter for Allvoices.

RRN3

More in French:

Des ONG ont relevé, dans une déclaration faite à l’issue de la journée de réflexion et d’échange, des menaces que font peser les activités de cette compagnie pétrolière sur l’avenir de cette aire protégée et sur les communautés riveraines

Des organisations congolaises œuvrant dans le domaine des ressources naturelles ont tenu, le 26 février dans la salle de réunions du réseau Ressources naturelles, à Kinshasa, une journée de réflexion et d’échange sur les menaces qui pèsent sur l’avenir du parc des Virunga ainsi que sur les communautés riveraines par les activités d’exploitation pétrolière menées par la compagnie Soco international PLC.

Dans la déclaration qui a sanctionné ces travaux, ces ONG ont noté que le parc des Virunga pourrait constituer un moteur de développement économique durable pour les pays et les générations futures. Aussi ont-elles soutenu que la valeur économique réelle et potentielle du parc des Virunga est de loin supérieure aux potentiels des revenus pétroliers.

Par contre, pour ces organisations, l’existence des blocs pétroliers dans les aires non protégées ne peut pas justifier l’acharnement du gouvernement congolais et de la société Soco à l’exercice des activités pétrolières dans les limites du parc. Elles ont, en outre, fait observer que les impacts des activités pétrolières sur les espèces rares du parc, la biodiversité, l’agriculture, la pêche, les écosystèmes, la santé des communautés ainsi que les différentes pollutions  ne sont pas de nature à soutenir ce projet.

Arrêt immédiat des activités de Soco

Relevant les effets néfastes des activités pétrolières de cette entreprise sur le parc et son environnement, la société civile a appelé à l’action des gouvernants du pays, de la société civile ainsi que de la communauté internationale.

Les ONG ont demandé au président de la République le respect des lois du pays et la résiliation du contrat de partage de production signé avec Soco. Cependant, elles ont appelé le Parlement à ouvrir une enquête sur les conditions de l’octroi de tous les permis d’exploration et d’exploitation pétrolières délivrés dans les aires protégées.

Le Parlement a également été exhorté à interpeller les ministres en charge des Hydrocarbures et de l’environnement sur la nature des autorisations octroyées en violation des lois ainsi qu’à intégrer les amendements de la société civile dans la proposition de loi sur le régime général sur les hydrocarbures, qui prend en compte la protection de l’environnement, des aires protégées et des sites du patrimoine mondial de l’Unesco et la promotion des droits et intérêts des communautés locales et des peuples autochtones.

La société civile a conseillé au gouvernement l’arrêt immédiat des activités d’exploration dans les aires protégées, le retrait de tous les permis et autorisations délivrées aux sociétés pétrolières dans les aires protégées ainsi que le respect des lois du pays et les engagements internationaux.

Ces ONG ont, par contre, sollicité du procureur général de la République et le procureur près la cour d’appel du Nord-Kivu des poursuites contre les auteurs des actes d’intimidations et menaces sur les acteurs de la société civile engagés dans la protection du parc des Virunga. En effet, les partenaires ont été appelés à l’engagement et la mobilisation en faveur de la protection et la préservation des aires protégées du pays contre les activités pétrolières. Les organisations de la société civile ont, dans cette optique, salué l’acceptation par l’OCDE de la plainte de WWF déposée contre la société pétrolière Soco par rapport à ses activités dans le parc des Virunga.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : Lecture de la déclaration de la société civile par le coordonnateur de RRN, Joseph Bobia.

Source: ADIAC-CONGO

This slideshow requires JavaScript.